Textes

Bruno de Halleux

 

Mon tout premier cartel, je l’ai commencé en un temps où le séminaire IV, celui sur la relation d’objet, n’était pas encore publié par JAM.

Mon accès à ce séminaire ne fut pas sans difficultés. Nous le lisions dans une version vaste, diffuse, embrouillée, inextricable, impénétrable. Les phrases étaient infinies, le plus souvent sans sujet ou sans verbe. À côté de la difficulté liée à la complexité de l’enseignement de Lacan, il fallait parfois deviner le sens et la signification du texte tant sa transcription restait floue et peu précise.